17/12/2012

Arrivé en salle de sérigraphie, on enduit d'abord son écran d'une couche d'émulsion qui va rendre la toile opaque. Après un temps de séchage on l'expose à un rayonnement ultraviolet, en ayant pris soin de disposer les formes (en noir sur papier transparent ou blanc) que l'on souhaite imprimer par la suite. Il faut ensuite nettoyer l'écran pour faire apparaitre les endroits libérés de l'émulsion, et laisser sécher à nouveau. On peut alors placer une feuille de papier vierge sous l'écran, déposer de la peinture sur la toile, puis passer la raclette avec un geste vigoureux. La peinture passe à travers la toile aux endroits désirés.

La sérigraphie m'a amené à repenser l'utilisation de la couleur, et à mieux saisir son importance dans le juste équilibre d'une image. Pas vraiment de contraintes au niveau des sujets, seul un nombre de copies était à respecter, preuve de notre régularité. Le responsable pédagogique Sébastien Lavoie nous a également montré des références, dont l'artiste Stephan Hoffmann qui personnalise les intérieurs et les vitrines de magasins. A l'atelier nous nous sommes cantonnés à des supports en tissu, bois et carton. Chacun peut ainsi emporter une trace de son passage.


13/12/2012


Il me reste quelques jours à profiter du climat québécois, l'occasion de faire de nouvelles visites et de fêter le départ de chacun. Les cours à la fabrique viennent de se terminer, voici donc quelques extraits des derniers rendus. En image d'entreprise nous avons présenté à la classe notre marché anti gaspillage. L'identité visuelle repose sur une tomate rouge, aux qualités gustatives habituelles, mais avec une forme extérieure unique. En synthèse graphique nous avons tapissé les murs avec nos affiches, fiers de ces trois mois de travail et de remises en question.

17/11/2012


Je me rends à l'espace contemporain où je rencontre Michel Therrien qui se consacre à promouvoir un art qu'il souhaite accessible à tous. Cette semaine Janine Beaudoin expose plusieurs petites séries de toiles avec comme thème récurrent la représentation humaine. Mon attention s'est portée sur des portraits construits à partir de coulées de peinture, filaires et entrecroisées, qui me rappellent le plan de la ville que je regarde si souvent.

Dans cette galerie située rue Saint Jean les vernissages se succèdent toutes les une ou deux semaines, si bien que j'y retourne pour découvrir les œuvres de Geneviève Decelles. Il y a toujours un rapport à l'humain, plus indirect cette fois, avec une fascination particulière pour la chaise. Comme me le confie l'artiste, nous ne sommes pas en salle de classe et l'interprétation est libre.

www.lespacecontemporain.com

10/11/2012

page 1 page 5 page 6 page 10 page 13 page 4 page 17 page 18 boîte

Voici quelques pages extraites du premier rendu en image d'entreprise. Pour la suite des événements nous restons une nouvelle fois dans la catégorie alimentaire. Avec Perrine et Andrew nous avons imaginé un marché qui propose à la vente des fruits et légumes hors normes. Ces végétaux sont habituellement jetés, donnés aux élevages ou encore utilisés dans des plats industriels. De l'aspect repoussant de ces aliments nous allons faire un atout pour d'une part baisser les prix et d'autre part proposer une vision d'avenir responsable. Après avoir épluché toutes les possibilités nous avons finalement abandonné Seconde Nature et Marché Noé pour un nom plus frais : Tomate Bleue. En attendant la création de l'identité visuelle je poste une campagne de Canal+ en plein dans notre thème.

17/10/2012

L'installation de la patinoire devant le palais Montcalm confirme l'arrivée du froid à Québec. Chaque après midi on vient s'y frotter au rythme de musiques variées. La musique c'est justement le thème d'une série de conférences données au palais. Ce soir Stanley Péan, écrivain et passionné de jazz, nous présente l'historique de ce mouvement. Il est accompagné sur scène par une troupe expérimentée qui conclut avec une interprétation de "Bye, Bye, Blackbird". A la manière d'un Kandinsky, on fait ensuite le lien avec les formes et les couleurs en se rendant simplement dans la galerie située au même étage. L'exposition porte sur le travail de Sébastien Pesot, photographe et amateur de metal...

16/10/2012

Stratégiquement situé au sommet de la falaise, le château Saint Louis a été la résidence officielle des gouverneurs coloniaux de 1620 à 1834. Régulièrement remodelé en suivant les courants architecturaux en vogue dans la métropole, le château français est adapté au goût anglais après la bataille des plaines d'Abraham, en 1759. On peut aujourd'hui en visiter les caves, dont les ruines sont abritées par la terrasse Dufferin. Des objets d'époque comme des tonneaux et des boulets de canon sont exposés pour rendre le parcours plus attrayant.

22/09/2012

Je refais un point sur le travail en cours, en commençant par le sujet de synthèse graphique qui correspond à la création d'une affiche, et ce en plusieurs étapes évaluées. Chacun choisit un thème général et cinq sous-thèmes puis prépare un carnet de recherches. Suite à une conférence au campus sur la crise alimentaire et agricole contemporaine, mon choix s'est porté sur ce même sujet. J'aborderai ainsi : la faim dans le monde, les pesticides, les semences certifiées, l'eau et enfin l'élevage intensif, pour au final extraire une seule problématique.


Toujours dans la catégorie nourriture, voici les fruits et légumes frénétiquement modifiés pour le cours d'illustration :


Je suis enthousiaste vis à vis de l'enseignement délivré à la fabrique. Le cours d'image d'entreprise propose une approche complète du branding dont on pourra s'inspirer pour un futur projet de diplôme. En synthèse graphique l'investissement demandé, à savoir une enquête quasi journalistique avant de pouvoir opérer, renouvelle notre propre exigence. Il me tarde désormais de découvrir la sérigraphie.

08/09/2012

Mercredi 4 septembre c'était la rentrée. Après quelques rappels théoriques sur le branding, nous avons constitué des groupes. Avec Perrine de l'ECV et Andrew, étudiant à la fabrique, nous travaillons sur des marques fictives de pâtes alimentaires. Chacun doit établir le profil d'un client, déterminer les attributs du produit, ses concurrents, son positionnement, sa promesse, pour enfin trouver un nom adéquat ainsi qu'un slogan. Pour ma part je compte réaliser le packaging d'une boite d'Épi libre, marque de pâtes biologiques.

Un mot également sur le cours d'illustration qui débutera la semaine prochaine, puisqu'il nous a été conseillé par courriel de commencer le premier sujet chez nous. Il s'agit de réaliser des peintures pour des livres de cuisine : une planche avec des fruits et légumes verts, et une seconde ou le rouge sera à l'honneur. Un frigo modestement garni m'a permis de faire quelques essais. J'ai plutôt hâte de découvrir les autres productions, et de voir qui du réalisme ou de l'abstraction l'emporte ici.

01/09/2012

Je suis arrivé à Québec jeudi 23 août 2012, par temps de chaleur. Après avoir repéré les lieux et accompli les formalités administratives, je me suis octroyé une pause devant la chute Montmorency. Haute de 84m, elle dépasse de 30 mètres celles du Niagara. Champlain lui a donné ce nom en l'honneur de son protecteur Henry II, duc de Montmorency, vice-roi de la nouvelle France en 1619. Un parcours touristique permet de photographier la robe blanche sous tous les angles.

Les jours suivants j'ai retrouvé mes compatriotes d'Intuit Lab. J'ai également rencontré d'autres étudiants français lors de la réunion d'information à la Fabrique. Avant la rentrée, nous nous sommes donné rendez-vous un soir sous les bretelles de l’autoroute Dufferin, pour assister à un spectacle gratuit, frais et dynamique créé par le Cirque du Soleil. Intitulé "la frontière de pixels", sa description fera office d'introduction à ce blog :

Dès la tombée du jour, les rêveries d’un jeune garçon entraînent le public dans un voyage au cœur de son monde imaginaire. Un univers inusité, où le traditionnel et le virtuel se rencontrent, où le garçon prend conscience de la beauté des contacts humains au fil des échanges saisissants qui se multiplient tout autour de lui.